3 «gros» projets de ciment pétrolier, de verre et de coton annoncés : Adrar, futur pôle industriel du Sud-Ouest du pays

0
1635
Photo : L’Echo d’Algérie ©

Trois projets d’envergure nationale dans le domaine de la production du ciment pétrolier, de verre et de coton à Adrar ont été annoncés par le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, lors de sa visite dans cette wilaya du Sud-Ouest du pays.

Le premier projet concerne la réalisation d’une cimenterie dans la commune d’El Moktène (à 260 km du chef-lieu de wilaya) avec une production avoisinant 1,5 million de tonnes/an en ciment et clinker dès le 1er trimestre 2017 avant de passer à 3 millions tonnes/an en seconde phase avec objectif primordial d’exporter vers les pays limitrophes. Fruit d’un partenariat mixte entre l’entreprise privée Sarl STG-Adrar (71% des parts) et l’entreprise publique chinoise CTIEC, cette cimenterie sera la première à l’échelle du pays à produire du ciment pétrolier destiné à satisfaire les besoins de Sonatrach et de ses partenaires, alors que ce type de ciment est entièrement importé actuellement. Dans le cadre de la politique d’import-substitution, le ciment pétrolier sera ainsi produit localement ainsi que la barytine, substance servant dans le forage pétrolier, dont le développement et la valorisation se fera au niveau du gisement de Draïssa (Béchar). Lors de sa visite d’inspection, dimanche dernier, de l’état d’avancement des travaux de réalisation de cette cimenterie, Abdesselam Bouchouareb a indiqué qu’avec cette nouvelle cimenterie, près du tiers de la production nationale de ciment sont répartis entre trois wilayas du Sud : Biskra, Béchar et Adrar. Il a ajouté avoir instruit les groupes publics GICA (ciment) et Divindus de lancer la réalisation d’un broyeur de clinker à Illizi pour produire du ciment à partir de la matière première (clinker) fournie par ce maillage de cimenteries. En 2017, «aucun sac de ciment ne sera importé, et nous dégagerons un premier volume à l’export», a promis le ministre. Le second projet initié dans la wilaya d’Adrar concerne un partenariat public-privé (national et étranger) pour le lancement d’une nouvelle usine de verre. Le ministre a ainsi présidé la cérémonie de signature de ce partenariat industriel et technologique triangulaire impliquant des entreprises algériennes (le groupe public Divindus et le groupe privé El Hamel Energies renouvelables) et chinoise (HCDL and CTIEC) pour la réalisation d’une nouvelle usine de verre plat à Adrar d’une capacité de production de 500 tonnes/jour, soit un volume annuel de 150 000 tonnes. Implantée sur un site de 120 ha au niveau de la daïra de Tinerkouk (280 km du chef-lieu de wilaya), l’usine, dont la réception est programmée dans 24 mois, réservera sa production aux secteurs du bâtiment, la filière mécanique, les ménages, l’équipement de froid, le secteur du commerce et l’ameublement ainsi qu’à l’exportation. Elle emploiera près de 600 personnes dont un programme de formation et de transfert de savoir-faire est déjà établi. A. Bouchouareb a, par ailleurs, annoncé un projet structurant pour la filière textile à travers le lancement prochain d’une plantation cotonnière d’une superficie de 5 000 ha en mesure de fournir, lors de sa première étape, 20 millions de tonnes/an de coton pour l’unité de filature du nouveau complexe textile algéro-turc de Relizane. Implantée dans la wilaya d’Adrar, cette première unité de filature entrera en production dès janvier 2017. Pour la seconde étape, la production cotonnière de ce projet s’étendra sur une surface de 20 000 ha pour assurer une production de matière première de 70 millions de tonnes/an. Le ministre a souligné que la transformation du coton en fil est la première phase importante du processus industriel du textile, ajoutant que la transformation de la fibre de coton en fil, produit intermédiaire, augmente significativement la valeur ajoutée. Selon lui, «grâce à ce nouveau projet, nous allons effectuer une remontée totale de la chaîne de valeur de la filière textile et nous serons ainsi en mesure de garantir la disponibilité de la matière première et intermédiaire à toute la plateforme textile à l’échelle du pays». Lors de sa rencontre avec les opérateurs et investisseurs locaux, Bouchouareb a rappelé la priorité qu’accorde le programme quinquennal 2015-2019 dont découle le plan d’action du gouvernement et la feuille de route du secteur de l’industrie et des mines au développement des wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux, particulièrement celles situées sur la bande frontalière.

«Le développement économique des wilayas du Sud, plus particulièrement celles situées sur la bande frontalière est un objectif stratégique pour le gouvernement», a soutenu le ministre, ajoutant que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a donné des instructions fermes pour accélérer le développement des wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux dans le programme quinquennal.

T.M.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here