9e Conférence de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique: L’Algérie a joué un rôle pivot dans la résolution des conflits en Afrique

0
85

Le directeur du Centre d’études et de recherche sur le terrorisme de l’Union africaine, Driss Allali, a affirmé, hier à Oran, que l’Algérie a joué un rôle pivot dans la résolution des conflits et la recherche de solutions aux différentes crises politiques et sécuritaires en Afrique.  Dans une déclaration à la presse en marge de la 9e Conférence de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, qui se tient à Oran, M. Allali a estimé que l’Algérie a un rôle efficace et pivot dans la résolution et la fin des différends et des conflits en Afrique. Dans ce contexte, il a rappelé que «l’Algérie a réussi à régler de nombreux différends et conflits en Afrique grâce à ses compétences et sa sagesse dans la gestion des conflits liés à la lutte contre le terrorisme, à la sécurité maritime, à la lutte contre la drogue et autres». Le même responsable a estimé que cette Conférence est une occasion pour évaluer la situation sécuritaire en Afrique et étudier les solutions présentées, notamment celles liées à la lutte contre le terrorisme, à la sécurité maritime et à la lutte contre la drogue. Il a également mis l’accent sur l’importance de cette Conférence à tous les niveaux dont le premier est la reconnaissance de la compétence de l’Algérie dans la gestion des conflits. Il a noté que «l’Algérie ne ménagera aucun effort pour soutenir les causes africaines». Cette Conférence enregistre une participation de haut niveau, notamment à l’échelle ministérielle, des Etats membres du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, des membres africains du Conseil de Sécurité de l’ONU ainsi que d’experts et de hauts représentants des instances africaines et les Nations unies. Cette rencontre de trois jours vise à renforcer la coopération et la coordination entre le Conseil de paix et de sécurité africain et les membres africains du Conseil de Sécurité des Nations unies dans l’accomplissement de leurs tâches, notamment en ce qui concerne la défense des positions et intérêts communs de l’Afrique lors du processus décisionnel au sein du Conseil de Sécurité des Nations unies sur les questions de paix et de sécurité liées au continent. Cette édition devra aussi passer en revue la question de faire taire les armes en Afrique par le désarmement et le contrôle de la prolifération des armes légères et de petit calibre illégales, ainsi que la lutte contre le fléau du terrorisme et de l’extrémisme violent, en plus des questions liées à l’imposition et à l’application de sanctions.

Renforcer la coopération entre instances africaines  et internationales pour faire

face aux défis du Continent

Le Secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, a insisté, mercredi à Oran, sur l’importance de renforcer la coopération entre l’Union africaine (UA) et les instances internationales pour faire face aux défis auxquels fait face le continent africain, principalement le terrorisme. «Il est nécessaire de redoubler d’efforts en matière de coopération internationale pour trouver les instruments essentiels afin de mieux combattre le terrorisme dans le continent africain et se tourner vers le développement et le progrès», a-t-il déclaré en marge de la 9e Conférence de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, ouverte, hier, dans la capitale de l’Ouest du pays. «Faire taire les armes dans le continent demeure l’un des défis majeurs et c’est vital, car le continent a besoin de se tourner vers le développement et le progrès économique et social», a estimé M. Lacroix. Le responsable onusien a également mis l’accent sur l’importance du dialogue interafricain et de «parler d’une seule voix», estimant qu’«il est très important d’œuvrer avec une seule position pour surmonter les défis en utilisant le cadre qu’offre l’UA et en multipliant les occasions pour traiter de ces défis avec les partenaires internationaux dont l’ONU et ses instances, à leur tête le Conseil de sécurité». Pour Jean-Pierre Lacroix, «la seule solution réside inéluctablement dans le dialogue». «Une voix unie de l’Afrique portée aux Nations unies est très importante pour faire avancer tous les efforts des pays africains», a-t-il considéré. La 9e Conférence de haut niveau de paix et de sécurité en Afrique est organisée sous le thème «Soutien aux nouveaux membres africains au Conseil de sécurité des Nations unies dans le traitement des questions de la paix et de sécurité dans le continent africain». Elle enregistre la participation, notamment au niveau ministériel, des Etats membres du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA), ainsi que des membres africains du Conseil de sécurité de l’ONU, outre des experts et des représentants de haut niveau des instances africaines et des Nations unies. Elle vise à renforcer la coopération et la coordination entre le Conseil de paix et de sécurité africain et les membres africains du Conseil de sécurité de l’ONU dans l’accomplissement de leurs tâches, notamment pour ce qui est de la défense des positions et des intérêts communs de l’Afrique lors de la prise de décision au Conseil de sécurité des Nations unies sur les questions de paix et de sécurité relatives au continent.

Synthèse Zahra Ougaoua / Ag.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here