Année scolaire 2022-2023: Belabed donne le coup d’envoi officiel depuis Djanet

0
270

Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a donné, hier,  le coup d’envoi officiel de l’année scolaire 2022-2023 depuis l’école primaire «Lalla Fatma N’Soumer» dans la wilaya de Djanet.

Le ministre était accompagné du wali de Djanet,  Abdellah Chaieb Eddour,  et des autorités civiles et militaires de la wilaya. M. Belabed a assisté aux côtés des élèves au cour inaugural dont le thème, « une rentrée dans un environnement propre » arrêté par la tutelle, a porté sur l’importance de la préservation de cet aspect dans le quotidien de l’individu et de la société. La wilaya de Djanet compte 7265 élèves répartis sur 39 établissements scolaires des trois cycles d’enseignement, avec 19 à 25 élèves dans chaque groupe. M. Belabed qui a inspecté les classes de 3e, 4e, et 5e année scolaires équipées de tablettes numériques, a assisté, par ailleurs, à une partie du premier cours de langue anglaise, matière introduite aux élèves de 3e année primaire. Près de 11 millions d’élèves ont rejoint ce mercredi les bancs de l’école à l’occasion de cette nouvelle rentrée scolaire, une rentrée intervenant dans le contexte de nouvelles mesures organisationnelles et pédagogiques prises par la tutelle pour développer l’acte éducatif en Algérie et jeter les bases d’un système éducatif efficient. Marquée par le retour au système d’enseignement habituel après deux ans d’organisation exceptionnelle imposée par la pandémie Covid-19, cette rentrée verra en outre l’introduction de plusieurs nouveautés, notamment la langue anglaise pour les classes de 3e année primaire, outre la prise de mesures devant alléger le poids du cartable scolaire en application des instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Parmi les mesures décidées, figure la dotation de plus de 1600 écoles en tablettes électroniques en sus de l’utilisation d’un deuxième exemplaire du manuel scolaire « Kitabi » (mon livre) pour les 3e, 4e et 5e années primaires.

L’introduction de l’anglais au cycle primaire est un défi relevé par l’Etat L’introduction de la langue anglaise dans le  palier primaire (classe de 3e année) dès cette année scolaire (2022-2023), est un défi relevé par l’Etat pour permettre aux élèves d’apprendre cette langue universelle, a affirmé le ministre de l’Education nationale, tout en soulignant que le secteur « a été au rendez-vous en mobilisant tous les moyens humains et matériels pour relever le défi de l’enseignement de la langue anglaise en 3è année primaire ». « L’encadrement humain pour l’enseignement de cette langue universelle ainsi que les manuels scolaires ont été assurés au niveau de l’ensemble des établissements éducatifs du pays », a-t-il assuré. Soulignant que l’enseignement de cette langue allait être généralisé pour les classes de 4e et la 5e année primaire, il a fait état de  « l’organisation de sessions de formation au profit des enseignants de la langue anglaise en vue d’un perfectionnement continu du niveau de son enseignement ». A cette occasion, M. Belabed a appelé les acteurs du secteur à la « conjugaison des efforts pour relever le défi de l’enseignement de la langue anglaise », notamment les enseignants en raison de leur proximité avec les élèves.

Le problème de la surcharge des classes a été résolu avec les moyens disponibles Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a affirmé, ce mercredi à Djanet, que le problème de surcharge des classes avait été «résolu avec les moyens disponibles», précisant que ce phénomène n’était pas aussi grave que ce que l’on rapporte. Le ministre s’exprimait à la presse à l’occasion du coup d’envoi officiel de l’année scolaire 2022-2023, donné depuis l’école primaire «Lala Fatma N’soumer» à Djanet. Rassurant les parents d’élèves au sujet de la surcharge des classes, M. Belabed a déclaré que «ce problème n’est pas aussi grave que ce que l’on rapporte», soulignant que «la majorité des écoles travailleront confortablement». «Vous allez constater de visu que le problème de surcharge des classes est sous contrôle. Tous nos élèves rejoindront les classes sans exception aucune», a-t-il ajouté, soutenant que la surcharge «est relative et très peu d’écoles en pâtissent». «Certains cas de surcharge ont été résolus en coordination avec les walis et grâce au recours à d’autres établissements», a-t-il fait savoir. Il a expliqué, dans le même cadre, que des établissements éducatifs avaient été confrontés à la surcharge en raison de la faible cadence de réalisation des infrastructures, induite par la pandémie Covid-19. Et d’annoncer, à ce titre, «la réception, à l’occasion de la nouvelle année scolaire, de 413 établissements éducatifs de base (268 primaires, 85 CEM et 60 lycées), en plus de la «création de 1597 classes d’extension».

Une grande satisfaction des conditions d’organisation a caractérisé la reprise au niveau des trois paliers La rentrée scolaire pour les trois cycles d’enseignement (2022-2023) a été marquée par une bonne organisation, notamment pour les volets relatifs à la gestion des groupes et l’équipement des établissements en moyens et structures nécessaires pour accueillir les élèves après les vacances d’été. Lors d’une visite à certains établissements éducatifs de l’ouest d’Alger, nous avons constaté une reprise des classes dans des conditions «normales», les parents approchés ayant exprimé leur satisfaction quant au «bon accueil» réservé à leurs progénitures, notamment les nouveaux scolarisés. À l’école primaire «Chahid Guettache Mohamed» à Baba Hassen, des mamans venues accompagner leurs enfants ont souhaité une rentrée «réussie», à leurs enfants passés du préscolaire au cycle primaire. Une parente d’élève rencontrée devant l’établissement s’est félicitée des bonnes conditions réservées par l’établissement scolaire à l’accueil des élèves dans une ambiance de joie.  Au CEM Mohamed-Bouzidi, les élèves ont exprimé leur optimisme quant à leur réussite durant cette année marquée par le retour au système d’enseignement habituel. A ce propos, Mélissa, élève de 3e année moyenne, s’est dite «impatiente d’entamer la nouvelle année scolaire sans bavette ni protocole sanitaire». Pour sa part, son camarade Ishak, a indiqué être confiant que cette année sera pleine de succès, ajoutant qu’il consentira davantage d’efforts pour atteindre les objectifs qu’il n’a pas réussi à atteindre l’année dernière, faute de persévérance. De son côté, une parente d’élève, a souhaité une année pleine de succès à tous les élèves, notamment au vu des nouvelles mesures décidées par le ministère de l’Education nationale dont la distribution du manuel scolaire au niveau des établissements éducatifs ainsi que sa vente depuis le mois d’août dernier via des points de vente relevant de l’Office national des publications scolaires (ONPS), en sus de l’introduction de l’anglais en faveur des élèves de la 3e année primaire et d’autres mesures relatives à l’allègement du poids du cartable. Près de 11 millions d’élèves ont rejoint ce mercredi les bancs de l’école à l’occasion de cette nouvelle rentrée scolaire, une rentrée intervenant dans le contexte de nouvelles mesures organisationnelles et pédagogiques prises par la tutelle pour développer l’acte éducatif en Algérie et jeter les bases d’un système éducatif efficient. Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a donné le coup d’envoi officiel de cette nouvelle année scolaire depuis l’école primaire «Lalla Fatma N’Soumer» dans la wilaya de Djanet. Le ministre de l’Education nationale a assisté aux côtés des élèves au cours inaugural dont le thème, «une rentrée dans un environnement propre» arrêté par la tutelle, a porté sur l’importance de la préservation de cet aspect dans le quotidien de l’individu et de la société. 

La prime de scolarité versée  à plus de 80% Le taux de versement de la prime de scolarité a dépassé les 80% au niveau national, a affirmé, hier à Djanet, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed. Répondant à une question à ce sujet, à l’issue du coup d’envoi officiel de l’année scolaire 2022-2023, donné depuis l’école primaire «Lala Fatma N’soumer» à Djanet, M. Belabed a souligné que «le taux de versement n’a jamais atteint les niveaux atteints actuellement». Se référant aux derniers chiffres en sa possession, il a fait état d’un taux de 97 % de dossiers visés (prêts à verser), et d’un taux de versement de l’ordre de 80%. Fixée à 5.000 DA, la prime de scolarité est «versée sur une large échelle», a-t-il ajouté.  Près de 4 millions d’élèves au niveau national sont concernés par cette prime.

Synthèse Bachi  M. /Ag.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here