Benghabrit se charge des préoccupations des mutuelles assistances scolaires

0
1302

S’inscrivant dans la poursuite de ses efforts pour l’amélioration du système éducatif, Nouria Benghabrit multiplie ses rencontres avec les partenaires sociaux.

La Ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit a présidé, le 9 février au siège de son département ministériel, une réunion de travail avec les membres des bureaux des trois mutuelles assistances scolaires (M.A.S) activant au niveau du territoire national. Le but de cette rencontre, indique-t-on sur le site du ministère, est de conjuguer les efforts et les moyens mis à la disposition de la communauté éducative. La rencontre a en effet permis aux parties prenantes d’aborder les thèmes importants. Il s’agit entre autre de « l’organisation, le fonctionnement et les préoccupations » de ces mutuelles. La rencontre s’est soldée par la proposition de plusieurs recommandations à même de valoriser les actions et les prestations des mutuelles. A rappeler qu’une réunion tenue la veille, avait regroupé la ministre et les membres du bureau national du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest). Cette rencontre présidée par le coordinateur national Meziane Meriane s’est consacrée à l’étude des préoccupations liées au volet socio professionnel et pédagogique. Ces deux rencontres témoignent de l’engagement du ministère de tutelle à répondre aux préoccupations des partenaires sociaux. Elles attestent aussi que les portes du dialogue « restent ouvertes » pour engager un débat au tour des questions qui restent en suspens. Du moins avec les syndicats qui acceptent de rencontrer la ministre. En effet pas tous se disent partant. De nombreux syndicats avaient précédemment décidé de boycotter les rencontres avec la ministre.  Il s’agit du conseil des lycées d’Alger, le syndicat autonome des professionnels de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST) et le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’Education (CNAPEST), l’Union nationale des travailleurs de l’éducation et de la formation et le syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement primaire. La raison ? Ces syndicats autonomes prétextaient que les réunions avec la ministre n’aboutissaient pas. Alors qu’ils voulaient des négociations autour des mouvements de grèves qu’ils avaient auparavant engagés, Nouria Benghabrit, de son côté, appelait ces derniers à faire preuve de responsabilité et à préserver la scolarité des élèves. Même si plusieurs disent que les rencontres ne sont d’aucune utilité, la stabilité dont jouit actuellement le secteur, est une preuve du contraire.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here