Catastrophes naturelles: L’Algérie a réalisé des progrès remarquables en matière de télédétection

0
31

L’Algérie a réalisé, ces dernières années, des progrès remarquables en matière de télédétection, en raison de l’importance de cet outil dans la prévention des catastrophes naturelles et de ses utilisations multiples, ont souligné, samedi à Blida, des chercheurs spécialisés dans les sciences spatiales et la télédétection. Les participants aux travaux de la cinquième édition de l’Ecole algérienne de géophysique et de télédétection, abritée par l’Université Saad-Dahleb, ont souligné que l’Algérie accorde ces dernières années une grande importance à l’utilisation, en coordination avec des spécialistes dans le domaine, de la télédétection au niveau des différents départements ministériels et organismes publics. A ce propos, le président de l’Association des sciences de la Terre et de la télédétection, Habib Mouissi, a indiqué que «l’Algérie est considérée comme une puissance spatiale importante, car elle occupe la treizième place au monde en termes de déploiement de satellites», soulignant que la télédétection est exploitée dans de nombreux domaines dont l’élaboration de cartes géologiques ou l’identification des zones exposées aux risques de catastrophes naturelles tel que les inondations et les incendies de forêts. La télédétection aide les institutions et organismes concernés tels que les services de l’Intérieur (la Protection civile notamment) et de l’agriculture, à prévenir les catastrophes naturelles en élaborant des plans de prévention sur la base des données fournies par l’Agence spatiale algérienne, a-t-il ajouté. Elle est aussi exploitée dans plusieurs autres domaines, tels que la détection des emplacements des eaux souterraines, l’urbanisme et la construction de barrages selon le même chercheurs. De son côté, l’enseignant-chercheur à l’Université Bab Ezzouar (Alger), spécialisé en génie électrique, traitement du signal et de l’image, et membre de l’Organisation internationale spécialisée en télédétection, Souissi Boulbareh, a souligné les efforts de cette Organisation en Algérie pour développer et élargir l’utilisation de cet outil. Souissi Boulbareh a indiqué que son adhésion ainsi que de nombreux chercheurs algériens à cette Organisation a pour souci le transfert de connaissances et des dernières recherches et études réalisées à l’étranger, au profit des étudiants et chercheurs algériens spécialisés dans ce domaine. Dans le même contexte, le directeur des études de l’Agence spatiale algérienne, Abdelouahab Chikouche, a rappelé que l’Algérie dispose de six satellites dont quatre dédiés à la télédétection, alors que les autres sont utilisés dans le domaine des télécommunications notamment. Il a ajouté que de nombreux ministères emploient des chercheurs spécialisés dans le domaine de la télédétection tel que l’Intérieur, l’Agriculture et la planification, pour l’élaboration des plans de prévention des catastrophes naturelles ou des nouveaux projets. A noter que cette réunion, initiée par le département des études spatiales de l’Institut d’études aéronautiques et spatiales, a été marquée par la présentation de communications sur l’utilisation des nouvelles applications et les perspectives de leur développement en Algérie, animées des professeurs de diverses universités algériennes. Des interventions par visioconférence de spécialistes algériens et étrangers dont des Italiens et des Suédois, ont été également au programme de cette manifestation scientifique.

Ahmed Itchiran /Ag.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here