Coupe du monde: L’Afrique à la traîne !

0
87

En dépit de la victoire, vendredi, du Sénégal face au Qatar, sans doute l’une des équipes les plus faibles du tournoi, le parcours jusque-là des sélections africaines n’est pas très reluisant en Coupe du monde. Certaines d’entre elles, comme la Tunisie, sont déjà proches de l’élimination du premier tour. Les Aigles de Carthage ont été décevants, hier, en s’inclinant face à la modeste équipe d’Australie. C’était le match à gagner pour eux. Le Cameroun, de son côté, n’est pas mieux loti sachant que les Lions indomptables auront encore à affronter deux gros morceaux à savoir le Brésil et la Serbie. La défaite contre la Suisse compromet sérieusement leurs chances de qualification. Le Maroc, le Sénégal et le Ghana sont en sursis, mais leur mission s’annonce compliquée également. Les Sénégalais doivent impérativement battre l’Equateur pour se qualifier, au moment où son adversaire peut se contenter d’un nul, alors que le Maroc et le Ghana doivent éviter la défaite contre respectivement la Belgique et la Corée du Sud pour espérer franchir le premier tour. Mais au-delà des résultats médiocres obtenus par les équipes africaines, ce sont leurs prestations qui posent problème. Trop craintives, manquant souvent d’audace, on a l’impression qu’elles jouent pour ne pas perdre. Elles n’ont pas en tout cas pris la compétition par le bon bout. Cela est dû probablement à leur niveau moyen par rapport à d’autres équipes présentes au Qatar, mais aussi à un complexe d’infériorité qui se traduit par un repli instinctif pour conserver le résultat nul. Cela empêche forcément les joueurs de s’exprimer pleinement puisque la défense l’emporte sur l’attaque. Visiblement, les sélections africaines n’ont pas été bien préparées mentalement pour aborder dans les meilleures conditions le plus grand tournoi de football de la planète. Avec cet état d’esprit, il est clair qu’elles ne peuvent pas aller loin. Ça serait déjà une prouesse si l’une des équipes africaines franchissait le premier tour. En football, on ne peut jurer de rien à l’avance, mais force est de croire que leur parcours s’arrêtera plus tôt qu’on ne l’aurait souhaité. On est loin des prévisions des spécialistes, il y a quelques décennies, qui pensaient que l’avenir du football est en Afrique. Ils pensaient qu’une sélection africaine allait pouvoir remporter la Coupe du monde dans quelques années. Aujourd’hui, on est malheureusement loin du compte. Ce n’est pas la qualité des joueurs africains qui est remise en question. Individuellement, ils peuvent tenir la comparaison avec les meilleurs, à l’instar de Mané, Salah ou Mahrez pour ne citer que ceux-là, mais au niveau des sélections, on n’arrive toujours pas à franchir le cap. De nombreuses raisons d’ordre organisationnel notamment, empêchent en effet le football africain de rivaliser avec les meilleurs. Trop d’incohérences, de problèmes au niveau des institutions africaines qui font que l’Afrique reste toujours à la traîne. Les infrastructures, l’arbitrage, la corruption, la mauvaise influence des officiels, tous ces éléments ne contribuent pas à l’émergence d’une élite au plus haut niveau. Mais pour que l’Afrique du football s’organise, il faut d’abord que l’Afrique politique se démocratise. Mais ça c’est une autre paire de manches. Ali Nezlioui  

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here