Dans un message à l’occasion du 1er Novembre: Tebboune appelle à la mobilisation autour de l’objectif stratégique de la nouvelle Algérie

0
51

Dans un message adressé à l’occasion du 68e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre 1954, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a appelé à la mobilisation de tous autour de l’objectif stratégique de la construction de la nouvelle Algérie «avec une foi inébranlable dans les capacités et les énormes potentialités de la nation».

Il a relevé que «l’Algérie de la prospérité et de la croissance, pour la liberté, l’indépendance et l’unité pour laquelle les chouhada et les moudjahidine se sont sacrifiés, n’est pas une simple aspiration. Elle est, présentement, notre objectif stratégique, autour duquel nous nous mobilisons tous, dans la nouvelle Algérie, avec une foi inébranlable dans les capacités et les énormes potentialités de la nation, qui ont été entravées par les dépassements et les dérives cumulés pendant de longues années». «En dépit du temps et des efforts qu’elle a requis pour restaurer l’autorité de l’Etat et imposer la suprématie de la loi, la lutte contre les dépassements n’a pas entravé la volonté du changement et n’a point influé sur le respect rigoureux de nos engagements, pour engager notre pays sur la voie de la relance économique et le développement durable à travers toute l’Algérie pour lui permettre de retrouver sa place dans les fora régionaux et internationaux et d’accomplir, partant, le rôle pivot qui est sien dans la région et à travers le monde», a souligné le Président Tebboune. Concernant la glorieuse Révolution de libération nationale, le Président Tebboune a affirmé qu’«animé d’une foi en la victoire, notre peuple a mené, sous la bannière du Front de libération nationale et de l’Armée de libération nationale, une lutte armée implacable», et ce, «en dépit de la machine de répression et de persécution mobilisée par la France coloniale et la folie de la destruction massive à travers la politique de la terre brûlée». Et d’ajouter que «la glorieuse Révolution de libération est devenue, grâce à une résistance épique et la détermination à arracher la victoire éclatante ou tomber en martyr, un exemple de dévouement et de sacrifice au service des valeurs de liberté et de dignité». Le chef de l’Etat a félicité, par ailleurs, «le peuple algérien, généreux et hospitalier, attaché à la solidarité arabe, qui accueille chaleureusement ses hôtes parmi les participants au 31e sommet du Conseil de la Ligue des Etats arabes, se remémorant à leurs côtés, les principes et les idéaux du message de Novembre, humanitaire et noble». Il faut relever à cet égard que  le président de la République, a maintes fois réitéré sa ferme détermination à œuvrer pour la concrétisation des revendications et des attentes des citoyens et au rétablissement de la confiance entre le peuple et son gouvernement, assurant, dans ce contexte, que le peuple, notamment ses classes moyenne et ouvrière, constitue une préoccupation majeure de l’Etat. Soulignant l’importance qu’il accorde aux préoccupations des Algériens, il a assuré que chaque citoyen aura ses droits mais qu’il faut laisser au gouvernement le temps de concrétiser les différentes exigences du développement. Le président de la République a mis en garde, dans ce contexte, contre l’instrumentalisation, par divers moyens, et des plans visant l’Algérie, évoquant un acharnement extérieur qui nécessite de la vigilance pour mettre en échec ces desseins. Il s’agit pour les pouvoirs publics d’œuvrer, sans cesse, à l’amélioration des conditions de vie des citoyens et cela passe inévitablement par la participation de la société civile à tout ce qui a trait au développement de sa collectivité locale. La stratégie que le gouvernement est en train de mener dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, place le citoyen au cœur de toutes ses actions. L’objectif étant de répondre aux préoccupations des populations. Le développement des régions enclavées et l’implication de leurs populations dans la sécurité et la stabilité du pays, font partie de la nouvelle stratégie gouvernementale visant à répondre aux attentes et aux aspirations des citoyens en matière de logement, d’emploi et d’infrastructures de base. Il s’agit pour l’exécutif d’œuvrer, sans cesse, à l’amélioration des conditions de vie des citoyens et cela passe inévitablement par la participation de la société civile à tout ce qui a trait au développement de sa collectivité locale. A ce titre, il y a lieu de relever la nécessité d’associer les jeunes, notamment les compétences et les diplômés universitaires, à la réalisation des projets inscrits, alors que l’Etat a assuré qu’il ne renoncerait ni aux acquis sociaux ni à la réalisation des programmes de développement arrêtés, en dépit de la conjoncture économique difficile que traverse le pays. A ce titre, le Premier ministre, Aïmène Benabderrahmane, n’a eu de cesse de rappeler dans le même contexte les principaux axes de programme du Président Tebboune visant à consolider la cohésion nationale et la stabilité, à valoriser les fondements de l’identité nationale et à consacrer la démocratie participative par l’écoute de la permanence du citoyen,le développement    des canaux du dialogue avec toutes les composantesde la société outre la bonne gouvernance  et l’amélioration du service public. Le président de la République, faut-il le souligner, avait, maintes fois rappelé que les attentes sociales légitimes exprimées par les populations, demeurent au centre des préoccupations de l’Etat et seront satisfaites à travers les projets qui sont en cours de réalisation et ceux encore en voie d’être lancés et qui concernent tous les domaines d’activités. De ce fait, les efforts de l’Etat pour renforcer les infrastructures et le développement humain dans tous ses aspects à travers les wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux seraient insuffisants s’ils n’étaient accompagnés d’une création de richesses et d’emplois à la mesure des capacités que recèlent ces régions et des attentes que nourrissent notamment les jeunes en quête d’emploi, de valorisation de leurs connaissances et de leurs compétences et, partant, de leur insertion sociale, avait souligné le chef de l’Etat. Pour ce faire, il y a nécessité d’associer les efforts des pouvoirs publics et de la société civile en vue de promouvoir le développement de tous les secteurs économiques. Cela dit, les programmes de développement destinés au Sud et aux Hauts-Plateaux sont très ambitieux, alors que des mesures spécifiques devraient s’ajouter aux grands objectifs déjà fixés pour ces régions, en vue d’élargir la base économique et de multiplier les chances d’emploi et de logement pour les populations locales, notamment les jeunes, ainsi que l’amélioration de leurs conditions de vie. La création d’un grand nombre de zones industrielles et d’activités, la construction de raffineries d’hydrocarbures, la mise en valeur d’au moins un million d’hectares de terres agricoles sont autant de grands projets prévus pour les années à venir. Le chef de l’Etat avait rappelé, dans ce sens, la stratégie nationale d’aménagement du territoire qui met le Sud et les Hauts-Plateaux constituent comme « épine dorsale du développement de notre pays et du redéploiement future de notre population ». Pour atteindre cet objectif, le président de la République avait instruit le gouvernement d’accompagner la mise en œuvre du nouveau programme quinquennal de développement d’une amélioration de la gouvernance locale.

T. Benslimane

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here