Equipe National: Belmadi explique tout !

0
78

Objet de quelques critiques ces derniers temps, le coach national n’a évité aucun sujet lors de sa conférencede presse animée hier au niveau du Centre technique de Sidi Moussa. Il est revenu entre autres sur sa liste, qui n’a pas été du goût de tout le monde, sur les joueurs binationaux susceptibles de rejoindre les Verts, ainsi que sur les deux prochains adversaires de l’équipe nationale en amical. Beaucoup d’enseignements en somme sur les objectifs et les intentions du coach dans le court et moyen terme. Ainsi, il annoncera d’emblée l’arrivée prochaine d’un nouveau joueur en sélection à condition qu’il soit «en forme et pas blessé». Il s’agit du défenseur latéral de Wolverhampton, Rayan Aït Nouri, définitivement acquis pour les Verts. Je peux vous dire que Rayan a changé de nationalité sportive, c’est acquis depuis 3 ou 4 jours. «Nous avons reçu un document de la FIFA pour nous faire savoir que le joueur est désormais affilié à la FAF», a annoncé Belmadi, avant d’ajouter : «Rayan est sélectionnable pour le mois de mars, s’il est bien sûr en forme et s’il ne se blesse pas. En tout cas, c’est une bonne nouvelle pour lui et pour l’équipe nationale parce que c’est un joueur de qualité». En ce qui concerne le cas Houssem Aouar, il n’est pas encore réglé, semble-t-il. «J’ai dit qu’Aït Nouri a changé de nationalité sportive. Les autres joueurs, c’est autre chose. Les informations que vous pouvez avoir ici et là et que vous relayez sont fausses. Quand vous dites qu’il (Aouar, ndlr), va arriver officiellement… Il y a un média TV que vous avez tous repris… Prenez l’information de la Fédération, prenez-la de l’entraîneur…  Il vaut mieux attendre qu’on ait les éléments, quand ils sont officiels, on vous le dit», précise-t-il. Il se pourrait néanmoins qu’il y ait du nouveau à son sujet dans les semaines à venir. En tout cas, Aouar est plus proche de la sélection algérienne que de l’équipe de France, où il n’a pas vraiment sa place, notamment sous le règne de Didier Deschamps. Belmadi a évoqué par ailleurs la convocation plutôt surprise du joueur de la Sampdoria de Gênes, Mehdi Léris, qui honorera sa première sélection avec les Verts à l’occasion de ce stage de novembre. Belmadi veut visiblement exploiter ses qualités de joueur polyvalent, il est persuadé qu’il peut apporter un plus à l’équipe. «Il peut jouer dans plusieurs postes que ce soit en défense ou en milieu de terrain. C’est un profil intéressant avec une culture tactique au-dessus de la moyenne. Il peut nous apporter une polyvalence. Maintenant, on va voir comment il va s’intégrer en Afrique et comment l’utiliser», dira-t-il à son propos. Quant au retour du gardien charismatique de l’équipe nationale, Raïs M’Bolhi, Belmadi est persuadé qu’il peut encore donner à la sélection. C’est aussi une manière pour lui de lui renvoyer l’ascenseur, en ce moment où sa carrière est au plus bas. «J’ai décidé de lui faire encore confiance et lui tendre la main, comme lui l’a fait envers la sélection dans des moments douloureux de sa vie. Je ne suis pas en train de faire du social, Raïs est capable de rehausser son niveau quand il porte le maillot de l’équipe nationale», a justifié le coach qui annonce que la concurrence s’annonce rude au poste de gardien. Belmadi a dû également expliquer la présence de l’avant-centre du CRB, Karim Aribi qui ne brille pas particulièrement avec son club. Pour le coach national, «Karim Aribi a le même style que Bounedjah. Je l’ai supervisé en club dans un match de Ligue des champions et j’ai aimé son activité. Il avait fait un travail énorme pour l’équipe. C’est vrai qu’on attend toujours d’un attaquant de marquer des buts, mais dans certains cas je ne m’arrête pas juste à ça». Enfin, sur le choix des adversaires, le coach rappelle que le Mali est une équipe forte qui a raté de justesse sa qualification pour le Mondial en barrages. «La plupart de ses joueurs jouent en Europe et certains ont même pris part à la Ligue des champions.  C’est la meilleure façon de faire progresser les nouveaux joueurs et les habituer au niveau africain», pense-t-il. Quant à la Suède, elle reste une valeur sûre du football européen. «C’est le football européen, le football de très haut niveau, avec de gros joueurs qui évoluent dans les meilleurs clubs du monde. L’objectif est de faire progresser l’équipe dans les différentes phases de jeu», analyse Djamel Belmadi qui compte évidemment faire tourner son effectif et faire participer la plupart des joueurs convoqués pour ce stage.

Ali Nezlioui

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here