Forum Algéro-américain sur l’énergie, booster les relations de partenariat

0
1272

L’Algérie et les Etats-Unis tiendront, à partir d’aujourd’hui à Houston (Texas)
un forum sur l’énergie destiné à booster les relations de partenariat entre
les entreprises des deux pays dans ce secteur stratégique. Organisé par l’ambassade d’Algérie à Washington et le Conseil d’affaire algéro-américain (USABC), le forum verra la participation du ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, et d’une forte délégation composée des PDG de Sonatrach et de Sonelgaz ainsi que des cadres des ministères de l’Energie et de l’industrie et des Mines. La rencontre de cette année se tient dans un contexte particulier qui marque la reprise des travaux de ce forum qui ne s’est pas tenu depuis 2010. Une trentaine de compagnies pétrolières américaines, seront présentes à ce forum axé sur l’investissement dans le secteur pétrolier. Une présentation du plan de développement du secteur de l’énergie et le nouveau code de l’investissement est prévue lors de cette conférence. L’accent sera mis cette année sur l’investissement dans l’exploration que l’Algérie veut relancer pour augmenter ses réserves prouvées en hydrocarbures, a précisé le président d’USABC, Smail Chikhoune. Il est aussi question d’exposer les opportunités d’investissement dans des segments stratégiques comme le raffinage, la pétrochimie et les énergies renouvelables. Washington avait déjà exprimé sa volonté d’approfondir son partenariat avec l’Algérie dans le domaine des énergies renouvelables. Le secrétaire d’Etat adjoint Antony Blinken avait eu à souligner lors de sa visite en juillet dernier à Alger la disponibilité des Etats-Unis à renforcer ses relations de partenariat avec l’Algérie dans ce secteur et aussi en matière de coopération technique et de formation. La nouveauté cette année est la présence de quelques PME américaines spécialisés dans les services pétroliers. Il s’agit de sociétés innovantes qui détiennent un savoir faire dans le forage et la recherche géologique. Grand partenaire énergétique de l’Algérie, les Etats-Unis sont présents dans le pays à travers une cinquantaine de compagnies pétrolières opérant essentiellement dans l’exploration et la production de brut telles que Anadarko, BP-Amoco, Shclumberger, Amerada Hess et Halliburton.
Actuellement, Anadarko est le plus grand producteur de brut en Algérie
parmi les partenaires de Sonatrach. Mais dans un contexte d’autosuffisance des
Etats-Unis en énergie, les importations américaines en gaz et en pétrole algériens se sont réduites sensiblement ces dernières années. En 2015, les exportations des produits énergétiques vers les Etats-Unis se sont établies à 3,4 milliards de dollars, selon les chiffres fournis d’USABC. Lors de la dernière session de ce dialogue qui s’est tenue à Washington en 2015, l’Algérie et les Etats-Unis se sont engagés à approfondir leurs relations économiques et commerciales et à accroître leur coopération dans les domaines politique et sécuritaire. Les deux pays qui étaient représentés par les délégations dirigées respectivement par le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et le secrétaire d’Etat, John Kerry, ont réaffirmé leur engagement en faveur de l’importante relation qui lie les deux pays et se sont engagés à accroître, approfondir et élargir leur coopération politique, sécuritaire, économique et commerciale. Les Etats Unis ont affirmé, à ce propos, leur soutien aux efforts entrepris par l’Algérie pour diversifier son économie et développer son secteur énergétique, y compris les technologies relatives aux énergies renouvelables et les hydrocarbures non conventionnels. Les deux parties ont, en outre, souligné leur soutien en faveur de la poursuite du dialogue entre leurs communautés d’affaires et de l’échange d’expertise. Par ailleurs, les deux gouvernements sont convenus d’examiner les voies et les moyens à même d’accroître leurs échanges éducatifs et d’encourager des étudiants algériens à poursuivre des études aux Etats Unis, notamment en offrant aux jeunes Algériens plus de possibilité d’apprentissage de la langue anglaise, de même qu’ils se sont engagés à continuer à reconnaître les diplômes universitaires américains.  L’Algérie avait exprimé, par la même occasion, sa reconnaissance aux Etats Unis pour avoir accueilli cette session du dialogue stratégique algéro-américain. Les deux parties se sont félicitées de la poursuite de leurs consultations sur les questions abordées par chaque groupe de travail.

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here