Guerre en Ukraine: Négociations : «C’est au peuple ukrainien de décider», lance Macron

0
84
French President Emmanuel Macron attends a joint press conference with Russian President Vladimir Putin (off frame) in Moscow, early on February 8, 2022. - International efforts to defuse the standoff over Ukraine intensified with French President holding talks in Moscow and German Chancellor in Washington to coordinate policies as fears of a Russian invasion mount. (Photo by Sergei GUNEYEV / SPUTNIK / AFP)

Interrogé par TF1/LCI dans un entretien exclusif, Emmanuel Macron a expliqué en avoir échangé avec Joe Biden lors de sa visite d’État.  Paris et Washington «partagent la même vision des choses» : «continuer à aider l’Ukraine à résister, face aux bombardements de leurs infrastructures civiles (…) et tout faire pour mettre la pression sur la Russie pour qu’elle revienne à la table des négociations», a-t-il détaillé. Dans cette perspective, il a ainsi estimé que l’étendue de l’Otan serait «un des sujets pour la paix», disant souhaiter fournir une «garantie pour sa propre sécurité à la Russie quand elle reviendra autour de la table» des négociations. Mais sans toutefois s’avancer sur les conditions souhaitées par Kiev : «Est-ce que vous pensez que lorsque nous avons eu à vivre la prise de l’Alsace et de la Lorraine, nous aurions aimé qu’un dirigeant du monde nous dise de faire ceci ou cela ? (…) C’est au peuple ukrainien de disposer de lui-même et de décider à quelles conditions, comment, quand, pas à nous», a-t-il insisté. Il s’est également dit prêt à reprendre le dialogue avec Vladimir Poutine après consultation de l’AIEA. 

Pétrole : Moscou «n’acceptera pas» le plafonnement du prix

La Russie a affirmé, samedi, qu’elle «n’acceptera pas» le plafonnement du prix de son pétrole après que l’Union européenne, le G7 et l’Australie se sont mis d’accord la veille sur un tel mécanisme qui pourrait limiter les moyens de Moscou pour financer son offensive en Ukraine. «Nous n’accepterons pas ce plafond», a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, cité par les agences russes. Il a toutefois assuré que Moscou s’était «préparé» en amont «pour un tel plafond», sans donner plus de détails.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here