Le développement repose sur la bonne gouvernance et le savoir: Éviter l’illusion monétaire, n’existant pas de corrélation entre le niveau des réserves de change, richesses virtuelles, et le développement

0
112

Selon les données internationales, l’Algérie possède au 1er janvier 2021, un stock d’environ 173,6 tonnes d’or. Au cours d’octobre 2021, le montant des réserves d’or de l’Algérie peut être évalué à 10,90 milliards. La loi de finances prévisionnelle 2023 prévoit des recettes prévisionnelles pour 2013 de 7901,9 mds de dinars (+4), des dépenses de 13786,8 mds de dinars, dont 9767 mds de dinars de dépenses de fonctionnement, soit un déficit budgétaire de 4092,3 mds de dinars (-15,9% du PIB), des exportations de 46,3 milliards (mds) de dollars, des importations de 36,9 mds USD et des réserves de change de 59,7 mds USD contre 54,6 fin 2022. Mais une loi de finances n’est qu’un document comptable, l’objectif est de s’inscrire dans le cadre de la dynamique mondiale, car restreindre les importations o* entreprises publiques et privées fin 2021 ont un taux d’intégration inférieur à 15% paralipse l’appareil de production. C’est comme une famille qui restreint ses besoins alimentaires mais avec des maladies chroniques.

1.-Les réserves internationales d’un pays sont, généralement, l’ensemble des disponibilités composant le portefeuille des actifs que sa Banque centrale détient (devises, or, droits de tirages spéciaux (DTS). L’or coté en once (troy ounce) (1 once = 31,1034768 g) est échangé sur le marché des métaux précieux, principalement sur les places de New York, Londres, Zurich et Hong Kong. L’or étant indéfiniment réutilisable et pratiquement indestructible, la quasi-totalité des tonnes d’or extraites depuis les débuts de l’humanité est toujours existante. Au total, les mines produisent environ 60 % de l’offre mondiale, les 40% restants proviennent du recyclage et des reventes de stocks des banques centrales. L’or a servi d’étalon monétaire exclusif l’étalon or avec les accords de Bretton Woods instaurant le système monétaire international en 1945 (Gold Exchange Standard) avec le dollar comme monnaie internationale défini en un certain poids d’or et les autres monnaies en dollars Selon le rapport du Conseil mondial de l’or (CMO) les réserves mondiales d’or des banques centrales avoisinent 35 244,5 tonnes et les réserves totales des 100 pays étant estimés à 32 813 tonnes. Les pays comptant les plus grandes réserves de mines d’or dans le monde en 2021 (en tonnes) sont l’Australie 11 000, la Russie 6800, l’Afrique du Sud 5000, les Etats-Unis 3000 tonnes, l’ Indonésie 2600, le Brésil 2400, Pérou 2000, le Canada 2200, la Chine 2000 (les réserves de change fin 2021 dépassant les 3200 milliards de dollars étant la résultant non de la rente mais de la création de la valeur ). Aussi le problème posé est le suivant : existe-il une corrélation entre les réserves d’or et le niveau de développement en prenant en compte le produit intérieur brut et l’indice du développement humain ? Selon les projections du FMI pour 2022, les 20 pays les plus riches du monde en termes de produit intérieur brut à prix courants sont les Etats-Unis 24.796 milliards de dollars, la Chine 18.460n le Japon 5383, l’Allemagne 4.557, le Royaume-Uni 3.422, l’Inde 3250, la France 3140, l’Italie 2272, le Canada 2189, la Corée du Sud 1907, le Brésil 1810, la Russie 1703, l’Australie 1677, l’Espagne 1570, le Mexique 1.71, l’Indonésie 1247, l’Iran 1.136, les Pays-Bas 1070, l’Arabie Saoudite 876 et la Suisse 832 milliards de dollars. Quant à l’indice de développement humain incluant l’éducation et la santé, indicateur plus fiable que le produit intérieur brut PIB, les 10 premiers pays dans le classement du Pnud pour l’année 2021, sont par ordre la Norvège avec 0,957 et un PPA par tête d’habitant de 66.494 dollars US, l’Irlande, 0,955 avec 68.371 dollars, la Suisse 0,955 et 69.394 dollars, Hong Kong 0,949 avec 62.985 dollars, Islande 0,949 avec 56.682 dollars, l’Allemagne 0,947 avec 55.314 dollars, Suède 0,945 avec 54508 dollars, Australie 0,944 avec 48.085 dollars; Pays-Bas 0,944 avec 57.707 dollars, Danemark 0,940 avec 48.511 dollars, les USA arrivant en 17e position avec un indice de 0,940 et paradoxe un PPA par tête d’habitant très élevé de 63.826 dollars. Par grandes régions et sans tenir compte de l’ordre, nous avons pour l’Amérique, les USA avec une note de 0,921 arrivant à la 21e place, le Canada la 15e place avec une note de 0,936, le Brésil,0,754 la 87e place, le Chili 0,855 la 42e place, l’Uruguay 0,809 la 58e place, l’Argentine 0,842 la 47e place, Cuba 0,764 à la 83e place, le Pérou 0,772 la 84e place et le Venezuela 0,691 à la 118e place. En Asie nous savons le Japon à la 19e place avec une note de 0,92, Hong Kong 0,952 arrivant la 4e place, la Chine et l’Inde, chacun avec plus d’un milliard d’habitants, respectivement la 79e place avec une note de 0,768, et la 132e place avec une note de 0,633, la Corée du Sud, une note de 0,925 arrivant à la 19e place, la Malaisie 0,803 la 62e place, la Thaïlande 0,800 la 66e place, le Vietnam 0,736 la 115e place, le Pakistan 0,544 à la 161e place, l’Indonésie 0,705 à la 114e place et l’Afghanistan 0,478 à la 180e place. Pour l’Europe en nous en tenant aux principaux pays nous avons Allemagne 0,978 à la 9e place, la France 0,866 à la 28e place, le Luxembourg 0,930 à la 17ème place, Malte 0,918 la 17e place, la Belgique 0,937 à la 13e place, l’Italie 0,970 à la 30e place, l’Espagne 0,905 à la 27e place et le Portugal 0,866 à la 38e place. L’Australie 0,916 arrive à la 25e place, l’Ukraine à la 77e place avec une note de 0,773 et la Russie à la 52e place avec une note de 0,822. Pour les pays du Moyen-Orient, nous avons les Emirats à la 26e place avec une note de 0,911, le Bahreïn et l’Arabie saoudite qui occupent la 35e place avec une note de 0,875, le Qatar à la 43e place avec une note de 0,855, le Koweït à la 50e place avec une note de 0,831, le Sultanat d’Oman à la 54e place avec une note de l’Iran 0,744 arrivant à la 76e place, l’Irak 0,686 arrivant à la 121e place Les 10 pays africains par ordre de classement sont: l’Ile Maurice, les Seychelles, l’Algérie, l’Egypte, la Tunisie, la Libye, l’Afrique du Sud, le Gabon, le Botswana et le Maroc. Pour le Soudan du Sud, le Tchad, le Niger, la République centrafricaine et le Burundi, le Mali, le Mozambique et le Burkina Faso, ils viennent en bas du classement. Dans le rapport de 2022, l’Algérie arrive au 3e rang en Afrique derrière les Seychelles, 72e rang mondial, a été classée à la 91e place sur 191 pays notés avec un indice de 0,745, dans la catégorie des IDH «élevés venant avant l’Egypte (97e), la Tunisie (97e), l’Afrique du Sud (109e) et le Maroc (123e). Pour le classement selon le FMI, entre 2020/2021, des pays les plus riches d’Afrique, nous avons par ordre décroissant: 10e Angola avec un produit intérieur brut estimé à 68,07 milliards de dollars; 9e Côte d’Ivoire 71,10 milliards de dollars; 8e Ghana 71,95 milliards de dollars; 7e Ethiopie 91,51 milliards de dollars; 6e Kenya 105,68 milliards de dollars; 5e Maroc 123,78 milliards de dollars; 4e Algérie 155,31 milliards de dollars (étant prévu 180 en 2022) ; 3e Afrique du Sud 317,19 milliards de dollars; 2e Égypte 374,89 milliards de dollars et 1er Nigeria estimé à 466,88 milliards de dollars.

2.-Pour l’Algérie, il n’y a pas de changement dans le niveau des réserves d’or depuis de longues années, où dans deux contributions parues en 2009 et 2016 suite des différents rapports du CMO (2009/2016), je notais que l’Algérie était classée à la 22e place mondiale, avec le même volume de 173,6 tonnes d’or (voir google.com 2016 A. Mebtoul). Ce qui positionne l’Algérie 26e dans le monde, en termes de réserves d’or, se classant au troisième (3) rang, au niveau de la région MENA (Moyen-Orient, Afrique du Nord. Le 30 janvier 2010 dans une déclaration à l’APS le directeur général de l’Entreprise d’exploitation des mines d’or (ENOR) avait déclaré officiellement et je le cite: «Le gisement d’Amesmessa, va bénéficier d’un plan de développement avec pour objectif de hausser graduellement sa production aurifère à 3 tonnes d’or annuellement. S’agissant des exportations de l’entreprise entre 2009/2010, elles ont été de 848,49 kg d’or, tandis que le marché local a consommé seulement 208,78 kg d’or». Lors de son allocution, le 13 février 2021, au forum du quotidien Echaâb le ministre des Mines a révélé l’existence d’un stock national d’or souterrain estimé à 124 tonnes se trouvant particulièrement dans les wilayas de Tamanrasset et d’Illizi pour une valeur au cours d’octobre 2021 de 6,57 milliards de dollars mais comme dans le pétrole, les réserves se calculent par rapport au coût, la concurrence internationale, et au vecteur prix international pouvant découvrir des milliers de gisements mais non rentables financièrement, les experts reconnaissant que pour la mine d’Amesmessa, dont les réserves en or dépassent 45 tonnes, des problèmes techniques empêchent d’atteindre la profondeur exigée. L’objectif est d’atteindre une production de 500 kg d’or/an, ce qui donnerait à un cours de 53.000 dollars le kg un chiffre d’affaires de 25,3 millions de dollars. Or, comme dans la sidérurgie ou le phosphate, les charges sont très lourdes, sous réserve de la maîtrise des coûts, les normes internationales étant de 50% ce qui resterait comme profit net environ 12,3 millions de dollars. Quant aux centaines permis d’exploitation d’or accordés par le ministère de l’Energie et des Mines, le ministre annonce une production de 58 kg en 2020, dont 17 kg récupérés dans le cadre des opérations menées par l’Armée nationale populaire (ANP) ce qui donne un chiffre d’affaire de 300.000 dollars et un profit net de 150.000 dollars. Rappelons l’expérience négative avec Gold Mining Algeria (GMA), filiale du groupe australien GMA Ressources qui a quitté l’Algérie et qui était chargée de l’exploitation de la mine d’or d’Amesmessa, en partenariat avec Sonatrach qui détenait une part majoritaire de 52% dans le capital de la SPA Enor, à travers sa filiale Gold Mining Algeria. Dans différentes déclarations reprises par l’APS, le gouvernement affirmait en 2009, un taux de production aurifère de 32 601 onces d’or pour une valeur d’environ 52 millions de dollars au cours de l’ époque.

La production aurait été plus importante puisque selon les données officielles de l’entreprise ENAOR, l’Algérie a exporté 848 kg d’or (valeur de 48.200.000 de dollars au cours d’août 2011) alors que le marché local a consommé 208,78 kg de ce métal précieux soit une différence de 7 millions de dollars par rapport au communiqué de GMA. Le mythe de l’or dans la conscience populaire est important et l’opinion algérienne a besoin d’être éclairée sur le stock d’or, afin d’éviter des rumeurs dévastatrices qui nuisent au pays, stock qui n’a pas bougé depuis 2009, alors que l’Algérie s’est lancée dans l’exploitation d’un gisement d’or et depuis 2009 différents ministres ayant annoncé une production importante : une hypothèse à vérifier, à moins que cette production n’ait pas été rentable ou a été écoulé sur le marché intérieur et non acheté par la banque d’Algérie pour accroître ses réserves d’or. Cependant, il faudra éviter l’illusion monétaire car la monnaie, qui est avant tout un rapport social, traduisant le rapport confiance Etat/citoyens, est un signe permettant les échanges ne créant pas de richesses.

Au contraire, la thésaurisation et la spéculation dans les valeurs refuges comme l’or, certaines devises ou certaines matières premières sont nocifs à toute économie. Comme démontré précédemment, il n’existe pas de corrélation entre les pays les plus riches et le niveau des réserves de change. Comme, il s’agit d’éviter ce mythe monétaire de se braquer uniquement sur l’équilibre de la balance commerciale afin de préserver les réserves de change, vision statique, et non en dynamique, ne devant pas se réjouir une balance commerciale positive avec des pénuries qui touchent la majorité des secteurs. C’est comme un ménage qui connaît un déficit alimentaire par des restrictions mais avec de nombreuses maladies. Les maladies apparentes du corps social sont le chômage, le taux d’emploi étant fonction du de croissance, devant créer

350 000/400 000 emplois par an qui s’ajoute au taux de chômage actuel estimé par le FMI à environ 14%, nécessitant 8/9% de taux de croissance sur plusieurs années et le retour de l’inflation qui dépasse largement depuis janvier 2022, en moyenne globale, les 10%, plus de 100% pour certains produits comme les pièces détachées Or, l’objectif est pour tout pays la dynamique du processus de développement, étant démontré que ce ne sont pas les pays qui ont une balance commerciale équilibrée ou excédentaire qui connaissent le taux de croissance élevé.

En conclusion, la richesse de toute nation provient de la bonne gouvernance, d’un afflux important de l’investissement national et étranger créateur de valeur ajoutée conditionné par la confiance reposant sur le travail et l’intelligence. En dehors de ce cadre, aucun développement n’est possible. Aucun pays ne s’est développé grâce aux mythes des matières premières y compris l’or mais grâce au savoir et à la bonne gouvernance, à ne pas confondre avec le concept de démocratie de l’Occident et ce qui explique le succès au XXIe siècle de la Chine, s’orientant vers un monde multipolaire. Après avoir épuisé ses stocks d’or, avec la découverte de Christophe Colomb, l’Espagne a périclité pendant plusieurs siècles où en 1962, l’Algérie était plus développée. Le régime roumain communiste avait des réserves de change grâce à des restrictions drastiques des importations mais une économie en ruine. Et c’est ce qui attend les pays producteurs d’hydrocarbures qui ne vivent que grâce à cette rente éphémère.

A. M.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here