Le Premier ministre belge sera reçu aujourd’hui par le président Bouteflika: La coopération économique et sécuritaire au menu

0
1198
Le Premier ministre belge, Charles Michel, qui a entamé hier, une visite de travail de deux jours en Algérie, aura aujourd’hui des entretiens avec son homologue algérien Abdelmalek Sellal est reçu par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Cette visite qui s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays, permettra aux deux parties de procéder à l’évaluation de l’état des relations bilatérales dans tous les domaines et examiner les mécanismes à même de permettre d’accroître les échanges économiques d’une part et d’aborder, dans le cadre d’un esprit de dialogue et de concertation, les questions liées à la circulation des personnes et des affaires sécuritaires. Les entretiens permettront également d’aborder les questions internationales et régionales d’intérêt commun, en particulier celles relatives à l’évolution de la situation politique et humanitaire dans la sous-région. Récemment, l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani, a déclaré que la coopération entre l’Algérie et la Belgique était à la fois «pragmatique et constructive», tout en affirmant que cette coopération sera encore davantage renforcée dans les années à venir. De son côté, l’ambassadeur du Royaume de la Belgique à Alger, Frédéric Meurice, a assuré qu’il n’y a pas eu de modification dans la politique d’établissement des visas aux ressortissants algériens. Meurice a précisé, qu’il «n’y a pas eu de modification dans la politique d’établissement des visas», depuis l’attentat du 22 mars dernier, ayant visé l’aéroport de Bruxelles-Zaventem. Par ailleurs, l’ambassadeur a indiqué, que plus de 30 000 Algériens vivent sur le sol belge. Pour ce qui est des relations économiques entre les deux pays,  Meurice les a qualifiées d’assez importantes, dans la mesure où un bon nombre d’entreprises belges activent en Algérie ou travaillent en partenariat avec des partenaires algériens dans divers domaines comme l’industrie agroalimentaire, l’industrie pharmaceutique, le transport, entre autres. Pour l’industrie agroalimentaire, principalement en ce qui concerne la poudre de lait et aliments pour bétail, le diplomate belge a indiqué que les deux pays travaillent actuellement sur des projets de création d’unités de production en Algérie. Concernant le volume d’échanges commerciaux entre les deux pays, il a souligné que son pays exportait traditionnellement vers l’Algérie plus d’un milliard d’euros, tandis que l’Algérie exportait vers la Belgique, avant la chute du prix de pétrole, entre 1,5 et 2 milliards d’euros. Pour les perspectives, l’ambassadeur belge a annoncé, que sur le plan académique, plusieurs programmes de coopération avec des universités algériennes sont en cours, tout comme des échanges avec le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales intéressé par l’expérience belge en matière de maintien de l’ordre dans les stades. Fréderic Meurice a également relevé les échanges en matière de sécurité entre les services des deux pays. En outre, des opérateurs économiques belges ont marqué leur intérêt pour le marché algérien, soulignant le potentiel qu’offre le pays dans de nombreux secteurs d’activités et leur volonté de se rendre en Algérie pour mieux connaître l’environnement des affaires. Réunis autour d’un workshop organisé par le Club des entrepreneurs belges et algériens Aïn El Kheir, les représentants des sociétés belges, BEDELCO, Krones SA, Ipsen Logistics BVBA  et DEME ont exprimé leur souhait de renforcer leur présence en Algérie, pour certains et de développer davantage leur activités pour d’autres. La diversification de l’économie, a-t-on poursuivi, tourne autour de trois axes, à savoir, le partenariat industriel par l’investissement direct, l’exportation hors hydrocarbures et le développement de la sous-traitance. L’accent a été mis également sur l’importance de la dimension humaine dans la consolidation des relations économiques et commerciales, soulignant que la circulation des personnes et la facilitation d’octroi des visas aux hommes d’affaires algériens est un préalable important pour la concrétisation de ces partenariats et qu’il est important à cet égard de supprimer les contraintes qui pourraient affecter le courant des visites d’hommes d’affaires.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here