Pour faire face aux flux migratoires, l’Algérie plaide pour une approche globale

0
1216

L’Algérie a plaidé, par la voix du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Hassan Rabehi, pour une approche globale sur la migration conciliant la sécurité, le développement et le respect de la dignité humaine. « Seule une approche globale sur la migration qui concilie la sécurité, le développement et le respect de la dignité humaine peut réduire et mettre fin au drame humanitaire de pertes de migrants en Méditerranée », a indiqué M. Rabehi lors du deuxième forum régional de l’UPM consacré à la jeunesse, tenu à Barcelone. Il a relevé, à ce propos, que « nombreux sont les jeunes sud méditerranéens qui fuient les guerres, les crises et la pauvreté pour emprunter le chemin de la migration illégale au prix de leur vie et en sacrifiant leur avenir ainsi que celui de leurs pays d’origine ». Pour le même responsable, la lutte contre la migration illégale passe par « une approche intégrée qui concilie à la fois les dimensions de sécurité à la faveur d’une coopération en matière de lutte contre les réseaux criminels de la traite humaine et de développement pour traiter les causes profondes du phénomène et de respect de la dignité humaine ». Il a noté, à cet effet, que la facilitation des visas et de la mobilité « contribue à la réduction du recours à la fraude pour se rendre en Europe, source d’attrait de l’immigration illégale ». Rabehi a estimé, dans son intervention, que la jeunesse « doit être au cœur de cette coopération pour le développement, en étant à la fois un artisan et un bénéficiaire de cette dynamique euro-méditerranéenne ». Il a fait remarquer que « le processus euro-méditerranéen au travers de l’UPM et à la faveur de son mandat orienté sur la formulation de projets, prend tout son sens et sa pertinence, dans l’espoir de voir ses objectifs et idéaux de paix et de stabilité, une fois les conditions politiques réunies dans la région, se concrétiser dans les délais les plus proches ». Dans ce contexte, a ajouté M. Rabehi, « la relance du processus de paix au Moyen-Orient autour de la question centrale palestinienne, la résolution par la voie du dialogue politique des crises dans la région sont autant de conditions sine qua non que nous devrions fortement soutenir dans notre agenda euro-méditerranéen ». Il a souligné, en outre, que la jeunesse « fait partie des priorités du gouvernement algérien en termes d’éducation, de formation et d’insertion dans la vie active du pays ». Evoquant la question de la radicalisation qui touche notamment les jeunes, le SG du MAE a rappelé que « l’Algérie, forte de son expérience dans la lutte contre le terrorisme, a développé une stratégie de déradicalisation qu’elle a mise à la disposition des Nations Unies et dont pourrait bénéficier notre communauté méditerranéenne ». Rabehi a relevé, par la même occasion, que l’Algérie « accorde une importance particulière à la dimension du développement humain et économique au titre de la coopération euro-méditerranéenne en construction, convaincue qu’il s’agit là d’une approche pertinente et efficiente de long terme permettant de s’attaquer directement aux causes profondes des défis communs de sécurité et de stabilité, dans l’intérêt de nos peuples et de la région ».

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here