Rencontre gouvernement-walis: Le citoyen au cœur de toutes priorités de l’Etat

0
150

Saisissant l’opportunité de la rencontre gouvernement-walis dont les travaux se sont achevés hier au Palais des nations à Alger, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, est revenu, encore une fois, sur les préoccupations des citoyens et a instruit, à ce propos, les walis de poursuivre la prise en charge des attentes et des doléances soulevées par les populations dans les quatre coins du pays pour instaurer un Etat basé sur l’égalité.

Il a relevé, à cet égard, que le citoyen «est l’alpha et l’oméga de la République» et que les walis, «premier pilier de l’Etat», sont appelés à «réparer les injustices» faites aux citoyens et à prendre en charge leurs préoccupations, notamment les habitants des zones d’ombre, insistant sur l’impératif de clore le dossier des zones d’ombre «d’ici fin 2022 et début 2023». L’Algérie est un Etat basé sur l’égalité, un «Etat populaire avant tout», a-t-il soutenu. Il rappellera, à cet égard, que l’« Algérie est un Etat démocratique et populaire » et que la démocratie implique la prise en charge de «tous les citoyens». A ce propos, il a relevé que «82% des problèmes soulevés au niveau des zones d’ombre ont été résolus», appelant, dans ce sens, à la poursuite des efforts et à «prendre en charge les préoccupations du citoyen qui est l’alpha et l’oméga de la République». Par ailleurs, le chef de l’Etat indiqué que «l’Algérie nouvelle, de par ses institutions constitutionnelles, son peuple vaillant et sa jeunesse ambitieuse, est en droit, à l’occasion du soixantenaire du recouvrement de la souveraineté nationale, de s’enorgueillir des capacités et de la bravoure de son armée, digne héritière de l’armée de libération». L’Algérie est également «en droit de glorifier sa jeunesse qui prouve, jour après jour, à travers ses victoires éclatantes aux plans régional, continental et international, que c’est bien une jeunesse de succès, d’intelligence et d’innovation», a-t-il encore soutenu. Dans ce contexte, le président de la République a relevé l’impératif de consulter le Conseil supérieur de la jeunesse (CSJ) concernant toutes les questions inhérentes à cette catégorie sociale, invitant les walis et les membres du gouvernement à prendre attache avec les représentants des jeunes. Il a assuré, en outre, la poursuite des mesures visant à améliorer le niveau de vie du citoyen qui reste au centre des préoccupations de l’Etat et à protéger les responsables et les gestionnaires contre les machinations auxquelles ils pourraient s’exposer dans l’exercice de leurs fonctions. Le Président a tenu à rassurer les responsables à tous les niveaux et les gestionnaires d’entreprises publiques, les appelant à s’affranchir de la peur et à faire preuve d’audace dans la prise des décisions, soutenant que «l’Etat ne saurait avancer sans ses enfants». C’est dans cette optique qu’est intervenue la décision du président de la République de conférer toutes les prérogatives aux walis, seuls responsables au niveau de leurs wilayas respectives, preuve s’il en est de la confiance accordée aux responsables qui ont retrouvé leur plein pouvoir. Dans ce contexte, le chef de l’Etat a réaffirmé que les lettres anonymes, à l’origine de la frilosité de certains responsables qui s’abstenaient de prendre des décisions et de signer, ne sont plus prises en compte, soulignant que «l’Etat protège tous ses enfants». Et de mettre en garde contre certaines parties qui «sèment la peur dans le cœur des responsables, car elles ne veulent pas de stabilité pour le pays». Concernant les anciens walis et responsables ayant fait l’objet de poursuites judiciaires, Tebboune a fait remarquer qu’ils ont été poursuivis dans un cadre précis en raison de leur violation des lois de la République. Pour clore définitivement le chapitre des règlements de compte qui a fait des victimes d’extorsion et de menaces parmi les responsables, et afin d’instaurer un climat de confiance les encourageant à s’acquitter de leurs rôles, le président de la République a indiqué que toutes les enquêtes de sécurité dans ce cadre ont été confiées à des institutions spécialisées au niveau central, soulignant que l’Etat des complots et le recours aux «peaux de banane est révolu à jamais».

Les walis ont affirmé leur engagement à mettre en œuvre les directives du président de la République visant à mettre les collectivités locales au service du citoyen et créer de la richesse «L’erreur administrative que pourrait commettre le gestionnaire, doit être administrativement réglée, tant qu’il n’a pas été établi que le concerné ou ses proches ont bénéficié de privilèges résultant de cette décision», a-t-il déclaré, ce qui confirme encore une fois la protection garantie par le président de la République aux gestionnaires. A ce propos, il a enjoint au gouvernement de «s’atteler à la révision des salaires des enseignants et du personnel paramédical, et d’entrer en contact avec leurs représentants pour réviser leurs statuts». Ces décisions interviennent dans la continuité des mesures initiées en application de l’engagement du président de la République à défendre le pouvoir d’achat du citoyen. «Nous sommes enviés pour les nombreux acquis jusque-là réalisés», comme l’exonération d’impôt des salaires égaux ou inférieurs à 30.000 DA, la création de l’allocation chômage par laquelle l’Algérie s’est distinguée, entre autres réalisations accomplies dans le volet social. Pour leur part, les walis ont affirmé leur engagement à mettre en œuvre les directives du président de la République visant à mettre les collectivités locales au service du citoyen et créer de la richesse. Dans ce contexte, le wali de Boumerdès, Yahiaten Yahia, a affirmé que les directives que le président de la République a données hier en présidant l’ouverture des travaux de la réunion gouvernement-walis, «ont souligné l’impératif de mettre l’intérêt du citoyen au cœur de toute activité des collectivités locales», ajoutant que ces directives sont une «référence pour que les walis et les instances concernées par la chose publique, prennent en charge les préoccupations du citoyen». A ce propos, le wali de Boumerdès s’est félicité de la volonté de l’Etat de revoir les codes communal et de wilaya, soulignant que cet amendement «est nécessaire afin d’inclure de nouvelles clauses au service du citoyen, créer de la richesse et renforcer le rôle des collectivités locales et les prérogatives du wali, selon la démarche de l’Algérie nouvelle». Quant au wali d’Adrar, Larbi Bahloul, il a indiqué que les directives du président de la République durant cette réunion visent «directement à résoudre les problèmes du citoyen et créer de la richesse et des emplois». Les walis pourront également jouer «un rôle important dans l’éradication des disparités en matière de développement, en encourageant l’investissement public et privé». Dans le même contexte, le wali d’El Ménéa, Mokhtar Benmalek, a déclaré que ces recommandations se veulent « un feu vert pour les walis, afin de gérer les fondamentaux économiques, particulièrement dans le domaine de l’agriculture et de l’investissement », affirmant que l’amendement prévu des deux code communal et de wilaya, a pour objectif, «d’être au diapason du sursaut économique que connaît l’Algérie, d’autant plus que la commune est appelée à contribuer à la création de richesses». A son tour, le wali de Tindouf, Mokhbi Mohamed, a indiqué que les recommandations du Président pour les walis, « place l’Administration locale au service du citoyen». Quant au wali de Tissemsilt, Nahila Laaredj, il estime que « le wali est tenu de formuler une stratégie claire et globale au niveau local », qui repose sur la collaboration avec tous les secteurs, en vue d’améliorer le cadre de vie du citoyen dans le respect des lois de la République et en application des recommandations du président de la République.

T. Benslimane

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here