Sécurité alimentaire: Les performances du secteur agricole mettent l’Algérie sur les rails

0
115

L’Algérie, qui enregistre des performances remarquables en matière de production agricole, s’emploie, au moment où le monde célèbre la Journée mondiale de l’alimentation (le 16 octobre de chaque année), à travers des actions et des mesures adaptées, pour une sécurité alimentaire durable.

Consciente du défi majeur que constitue la sécurité alimentaire, un souci partagé par tous les gouvernements à travers le monde, notamment pendant cette conjoncture internationale incertaine, marquée par des tensions géopolitiques et des changements climatiques freinant les capacités d’échanges et brouillant les plans d’action, l’Algérie a accentué les actions pour garantir son autosuffisance alimentaire. En application du programme de relance et de renouveau économique, engagé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le secteur agricole a bénéficié de 130 milliards de dinars pour 2021-2022 sous forme de subventions en faveur du développement de l’investissement agricole, de la régulation de la production et des projets structurels, alors que les subventions des engrais sont passées de 20% à 50%. Ces actions, et bien d’autres, ont permis au secteur agricole de participer à hauteur de 14,7% au PIB avec une valeur de production agricole prévisionnelle en 2022 de 4.500 milliards de dinars, soit une augmentation de 31% par rapport à 2021. Sur le terrain, ces mesures ont permis à la filière des céréales de dégager une production de 41 millions de qx contre 27,6 millions de qx en 2021, avec des prévisions de productions de 55 millions qx sur 3,75 millions ha pour 2025. Et pour renforcer la sécurité alimentaire, les pouvoirs publics ont œuvré pour la création de la Banque nationale de semences avec la perspective de «réaliser un taux de 80% de couverture en termes de semences à l’horizon 2023», selon le Premier ministre.

L’Algérie, première en Afrique en matière de sécurité alimentaire Dans le cadre du même objectif de la sécurisation céréalière, ces actions ont rendu possible la mobilisation des ressources en eau pour l’irrigation sur 500 000 ha et la prévision de généralisation des systèmes d’irrigation économiseurs d’eau sur 150 000 ha à l’horizon 2025. S’agissant de la filière animale, l’action retenue  a conduit, en 2022,  à une hausse de 31% (5,7 millions qx)  dans la production de la viande blanche comparé à 2021 et une hausse de 8% en viandes rouges (5,7 millions qx). Sur la même lancée visant le développement des filières stratégiques, le secteur de la pêche et des ressources halieutiques a enregistré une croissance globale, entre l’année 2020 et l’année 2021 de 11,28%, (de 87 622 tonnes à 97 508 tonnes), contre +19% (116 000 tonnes) attendue à la fin de l’année 2022. Les efforts consentis et les actions entreprises par l’Algérie pour le développement de ces secteurs agricoles stratégiques, piliers du renouveau économique, porteurs de croissance et de richesse et garants de la sécurité alimentaire, sont d’ailleurs reflétés et reconnus dans les rapports et les points de situation communiqués par les différentes organisations internationales. Ainsi, l’Algérie a été classée par le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, première en Afrique en matière de sécurité alimentaire. Dans sa dernière cartographie de la pauvreté, le PAM a classé l’Algérie dans la catégorie des pays dont le taux de personnes sous-alimentées est inférieur à 2,5% de la population totale, durant la période 2018-2020. Elle est le seul pays en Afrique à ne pas dépasser ce seuil. L’Algérie est ainsi répertoriée parmi les pays «à stabilité alimentaire», dans la même catégorie que la majorité des pays européens, des Etats-Unis, du Canada, de la Chine, de la Russie, du Brésil et de l’Australie.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here