SMEX: L’Algérie est devenue une nouvelle destination des investissements étrangers

0
47

Des opérateurs économiques algériens et arabes ont affirmé, hier, l’importance de la Conférence et l’Exposition arabe et internationale des petites et moyennes entreprises (SMEX ALGERIA 2022) qui se tient à Alger en ce sens qu’elle véhicule un message «fort» que l’Algérie est devenue une nouvelle destination des investissements étrangers. Organisée par le ministère du Commerce, en coopération avec l’Union arabe de développement des exportations industrielles (Auired), cette manifestation économique se veut une occasion pour examiner les possibilités d’investissement en Algérie et d’établir des partenariats, ont souligné les participants appelant à davantage d’appui et de soutien au PME dans l’espace arabe, à travers l’amélioration du cadre d’accompagnement organisationnel et financier. M. Khadraoui Chemes-Eddine, PDG de l’entreprise Jacket’s club, filiale du Groupe public des textiles et cuirs (Getex), a souligné, à ce propos, que cette conférence constitue une occasion propice pour trouver des sociétés nationales de sous-traitance, «ce qui nous permettra, a-t-il dit, de nous y approvisionner pour répondre aux besoins de nos entreprises». Il a ajouté que la stratégie de son entreprise est basée sur le partenariat avec des entreprises arabes dans le cadre des nouvelles orientations économiques du pays visant à encourager la prospection des marchés internationaux, arguant que Jacket’s Club a signé, récemment plusieurs accords d’importation et d’exportation avec des entreprises tunisiennes, outre un autre accord dans le domaine de la formation avec l’Institut tunisien du textile.  Selon, M. Khadraoui, les perspectives d’exportation de textiles et de prêt-à-porter algériens vers l’Afrique sont prometteuses, comme en témoignent les retours positifs, notamment à travers la participation à de nombreuses manifestations économiques et salons internationaux, dont le dernier en date s’est tenu en Afrique du Sud, où plusieurs accords d’exportation ont été signés. Pour sa part, M. Ali Bey Naceri, président de l’Association nationale des exportateurs algériens, a salué la «grande» dynamique enregistrée, ces derniers temps en Algérie, par les petites et moyennes entreprises (PME), grâce au soutien de l’Etat et aux différents mécanismes mis en place au profit des porteurs de projets, ainsi que la levée des obstacles et la prise de mesures concrètes pour encourager et protéger l’investissement et la production nationale. Concernant la conférence, M. Naceri a souligné qu’elle envoie «un message fort que l’Algérie est devenue une nouvelle destination pour les investissements étrangers arabes et africains d’autant qu’elle est un espace attractif pour des partenariats productifs et fructueux et reflète la volonté de l’Algérie de développer l’activité de l’exportation». Cette conférence constitue, selon lui, un espace de rencontres d’affaires entre les opérateurs algériens de différents secteurs et leurs homologues d’Afrique et du monde arabe, au regard des capacités du pays en termes de textile industriel et de l’ambition d’attirer les investissements, notamment arabes.

L’attractivité du marché et du climat d’investissement en Algérie mise en avant

De son côté, M. Fadi Kadih, représentant de l’Union des industries manufacturières en Palestine, regroupant sept entreprises spécialisées dans les matériaux de construction, a affirmé que la participation des entreprises palestiniennes visait à prospecter les opportunités d’affaires et de partenariat commercial et d’investissement avec leurs homologues algériennes, et à poser un autre jalon de la coopération «privilégiée» entre l’Algérie et la Palestine.

L’économie palestinienne, en général, et les entreprises en particulier, notamment dans la bande de Ghaza, souffrent des effets du blocus imposé par l’entité sioniste, a-t-il ajouté, soulignant que les hommes d’affaires palestiniens s’attèlent à rechercher les opportunités d’investissement et les projets conjoints avec leurs homologues arabes et africains dans différents domaines économiques.  Le directeur exécutif d’une entreprise omanaise opérant dans le domaine des industries agroalimentaires, a mis en avant, pour sa part, l’intérêt accordé par son entreprise à l’importation des produits algériens, ajoutant que sa participation à la foire et à la conférence lui permet de «connaitre davantage le marché et le climat d’investissement en Algérie, un pays devenu ces dernières années plus attractif et favorable à l’investissement». Cette manifestation internationale, indique l’opérateur omanais, devrait connaitre une «forte» participation, et constituer une opportunité pour examiner les voies et moyens de renforcer la coopération arabo-africaine. Le Directeur général de la société africaine du Commerce et des affaires mauritaniennes, Mohammed Ahmad Mostefa, a estimé, de son côté, que «la situation économique mondiale actuelle exige le développement des capacités arabes dans le domaine de l’industrialisation, l’investissement et la création de plusieurs partenariats», soulignant l’importance de l’Algérie «qui dispose d’une base industrielle importante permettant le renforcement des échanges économiques interarabes et interafricains, notamment en ce qui concerne les petites et moyennes entreprises (PME)». Il a précisé que l’objectif de sa société, qui a eu plusieurs partenariats «réussis» avec des sociétés algériennes, consiste à examiner la possibilité de lancer des projets communs dans le domaine de l’agriculture, des télécommunications et du commerce. Pour rappel, près de 400 sociétés algériennes, arabes et africaines, représentent plusieurs secteurs, notamment les industries mécaniques, les télécommunications, les services financiers, le tourisme, la technologie d’informations, la logistiques et les industries agroalimentaires, participent à l’exposition organisée en marge de la Conférence. Lors de cette conférence qui se tient sous le thème «opportunités et défis de la 4e révolution technologique», les participants  aborderont plusieurs axes, à l’instar des programmes et des plans arabes et africains pour la promotion et le financement des PME.

Les Assises et les débats animés par les experts et les opérateurs économiques porteront également sur le développement des PME, les opportunités et les défis de la révolution industrielle (4.0) ainsi que la mutation numérique.

Moussa O. /Ag.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here