«Train de la Mémoire»: Un musée itinérant à la station de métro Ali-Boumendjel et à la place des Martyrs

0
43

Le ministre des Moudjahidine et des Ayants droit, Laïd Rebiga, a présidé, mardi à Alger, le lancement du «Train de la Mémoire», un musée itinérant, de la station de métro Ali-Boumendjel à la station place des Martyrs, visant à instaurer la culture historique chez les citoyens, notamment les jeunes. A travers cette manifestation, le secteur des Moudjahidine cherche à consacrer la culture de l’histoire auprès des différents milieux sociaux, en particulier la catégorie des jeunes, afin de préserver la Mémoire nationale, et raviver l’esprit patriotique chez les jeunes générations à travers l’ouverture de l’activité du Musée national du moudjahid (l’organisateur de la manifestation) sur son environnement communautaire, tout en faisant connaître les plus importantes étapes de la Guerre de libération nationale afin de restaurer la souveraineté nationale. L’événement, organisé au niveau des bouches de métro Ali-Boumendjel et la place des Martyrs jusqu’à mercredi, comprend des expositions de photographies, de documents historiques et de publications du ministère des Moudjahidine, outre la présentation de documentaires, chansons et films révolutionnaires, ainsi que la distribution de la série des Gloires de l’Algérie (l’hymne national et la Proclamation du 1er Novembre) sur les citoyens. La manifestation a été une occasion pour organiser la rencontre «Sur les traces des Chouhada», qui a réuni le moudjahid Mahmoud Arbadji et les deux moudjahidate Fatiha Bouamama, dite «El Horra», (La libre) et Farida Belkanbour, qui ont témoigné sur leurs parcours révolutionnaires , appelant les générations montantes à préserver l’indépendance de l’Algérie, et à faire passer le message des chouhada et des moudjahidine afin de préserver la Mémoire nationale. Le ministre des Moudjahidine a souligné qu’une telle initiative, qui s’inscrit dans le cadre des célébrations commémorant le 60e anniversaire de la fête de l’indépendance, vise à établir un lien éternel entre les générations d’hier qui ont fait la guerre de libération nationale et l’histoire de l’Algérie, et les générations d’aujourd’hui qui ont la responsabilité de préserver les enseignements et les principes de Novembre. M. Rebiga a souligné que son département œuvrait à mettre en place les bases d’une culture historique et la transmettre au citoyen à travers la transmission du concept du Musée national du moudjahid jusqu’au citoyen, « pour que nous restions toujours fidèles à la mémoire des moudjahidine et des martyrs, et pour que nous préservions leur legs en transmettant leurs messages d’une génération à une autre à travers les livres, les œuvres audiovisuelles et les forums, mais aussi via les festivités qui relatent une visite réelle ou virtuelle du Musée national du moudjahid». Le même responsable a jugé que le métro d’Alger, qui reçoit quotidiennement plus de 150 000 individus, était l’« endroit idoine » pour consolider la mémoire nationale chez les différentes catégories de la société, délivrant ainsi le message des martyrs et des moudjahidine, il s’est également dit optimiste concernant la généralisation de ce genre d’initiatives pour inclure d’autres stations de métro, et éventuellement les aéroports et les places publiques. Pour sa part, la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a salué l’initiative du « train de la mémoire », estimant qu’il faisait connaître la culture historique du Musée national du moudjahid à travers différents espaces publics et qu’il la rapprochait de la génération montante, en vue de préserver la particularité de l’identité historique algérienne. Cet évènement a été organisé en coordination avec l’Entreprise du métro d’Alger (EMA), mettant en place cette exposition de photos de martyrs et d’autres images de la glorieuse Guerre de libération nationale.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here